Toutes les infos en direct sur la Guinée
la-CNSS

A la rencontre d’Aissata Gnatoski Camara, entrepreneure agricole

0

L’entreprenariat féminin dans le domaine agricole gagne du terrain en Guinée. Aissata Camara qui évolue dans l’agriculture, a parlé de cette activité. Diplômée en sociologie de développement communautaire, Aissata a préféré travailler la terre à Sonfonia Lac. Elle explique ce qui la motive.

« J’ai aimé ce métier parce que j’aime être avec ma communauté. L’objet pour lequel j’ai eu à faire la sociologie, c’est d’être plus proche de ma communauté », Aissata Gnatoski Camara, entrepreneure agricole. Dans ces casiers à demi hectares, beaucoup de légumes sont cultivés. Le piment, l’aubergine, l’aubergine sauvage, le gombo, le manioc et tant d’autres. Mais ces agriculteurs sont confrontés à des difficultés.

« Le problème majeur, c’est le problème d’eau. Souvent quand je viens, je trouve que mes voisins ont déjà puisé de l’eau dans mon puits, je ne peux rien dire. Donc, je suis obligé de me patienter après deux heures du temps pour que je puisse puiser pour arroger. En plus, la terre n’est pas tellement fertile. Malgré qu’on a des ingénieurs, quand on les demandes, les recommandations qu’ils nous font dès fois quand on le fait parfois ça marche et parfois aussi c’est le contraire », a-t-elle expliqué.

80 % de la population pauvre dans le monde à l’agriculture comme principale source de revenu. Cette entrepreneure qui évolue dans ce domaine depuis 2019 regrette la non implication de l’État et lance un appel. « Malheureusement, vous pouvez constater qu’à côté de nous, il y a eu des entreprises qui sont venues occuper les champs des femmes pour dire qu’elles viennent pour construire des maisons. Je dirais au président Alpha Condé de faire un petit regard vers nous. Il n’ y a que des femmes veuves et des diplômés qui se débrouillent ici », a lancé Aissata Camara.

L’agriculture joue un rôle déterminant dans la réduction de la pauvreté et l’amélioration de la sécurité alimentaire. Mais malgré les grands discours, ce secteur est moins accompagné par l’État guinéen. Pourtant nombre de Guinéens pratiquent en grande partie une agriculture de subsistance pour nourrir leurs familles.

Ibra BARRY

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager