Toutes les infos en direct sur la Guinée
la-CNSS

Sensibilisation sur la migration irrégulière : l’OIM s’active sur le terrain en formant des formateurs

0

L’Organisation Internationale de la Migration (OIM) en Guinée s’active dans la lutte contre la Migration irrégulière. Ce lundi 31 août 2020, cette institution a lancé le début des travaux de formation des formateurs au siège de l’Organisation Guinéenne de la Lutte contre la Migration Irrégulière.

La particularité des membres concernés, c’est d’éviter que des bureaucrates viennent sensibiliser sur les dangers liés à la migration irrégulière, c’est plutôt les migrants eux-mêmes. C’est un projet de sensibilisation des paires qui veut dire des gens qui sont dans la même situation. A travers des récits réels qu’ils ont vécu à travers leur parcours migratoire, ils vont sensibiliser les gens sur les dangers liés à la migration clandestine.

Selon le représentant du projet MaM, ils sont-là dans le cadre de la formation des formateurs. Ce sont des migrants qu’ils ont choisis et qui sont parmi l’Organisation Guinéenne de la Lutte contre la Migration Irrégulière dont beaucoup étaient dans la phase une avant le début de la phase deux.

La phase une était mise en place dans trois pays notamment le Sénégal, le Nigéria et la Guinée. A travers le succès de cette première phase, aujourd’hui plus de sept pays font partie dans la mise en œuvre du projet, notamment la Gambie, le Sénégal, le Nigéria, la Guinée, la Sierra Leone, le Libéria et puis la Côte d’Ivoire.

« Ces formateurs qui sont-là, vont être formés pendant 5 jours avec plus de 12 modules. Donc, dans le cadre de la sensibilisation en termes de technique, d’interview, de prise d’images ou de vidéos. C’est un projet qui va s’appuyer sur la technologie. Ce sont des migrants qui vont utiliser les réseaux sociaux pour sensibiliser les gens au-delà des activités de terrain. Ils vont être déployés à la suite à l’intérieur du pays pour cette année à Kankan et à Mamou. La date est prévue le 11 septembre pour le départ et la formation, les 14 et 18 septembre. Après cela, ces formateurs vont aller former d’autres migrants qui sont sur le terrain et après ils reviennent à Conakry pour former des migrants qui sont à Conakry. Dans l’ensemble, nous avons une cinquantaine de volontaires en Guinée qui vont être répartis dans les différentes régions », a indiqué Moussa Sylla.

Quant aux bénéficiaires, ils ont exprimé leur satisfaction de faire partie de ce projet de l’OIM-Guinée. Pour Nicole Bicaise, cette formation lui permettra de partager son expérience avec la junte féminine vu son parcours qu’elle a vécu en Belgique et lui permettre aussi de s’exprimer en public.

« Pouvoir aborder les migrants adultes sur les conséquences de la migration irrégulière. J’étais en Belgique, ce n’était pas dans un cadre irrégulier. J’étais mariée avec un belge. Je suis passée d’une femme en situation régulière à une situation irrégulière. Après, mon divorce, j’ai décidé de rentrer en Guinée puisque j’avais un diplôme, de faire quelque chose dans la vie ».

La deuxième année du projet, au-delà de Kankan, Conakry et de Mamou, il y aura la région forestière aussi qui commence à être touchée par le phénomène migratoire. D’après les dernières statistiques Beyla commence à battre le record de celui de Mamou.

Ibrahima BARRY

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager