Toutes les infos en direct sur la Guinée

Sans le vouloir, le CNRD nous a révélé son talon d’Achille : la liberté de communication des citoyens Guinéens

0

Comme toute dictature qui se respecte, bâillonner la presse et empêcher les gens de communiquer entre eux est un impératif existentiel. Nous devons agir concrètement pour tuer dans l’œuf toute velléité de confiscation de notre droit à l’information plurielle et libre. Les associations de presse doivent saisir leurs correspondantes à l’international pour engager des actions contre Canal+ qui appartient au groupe de Vincent Bolloré.

En effet, pour ne pas être accusé de complicité avec la dictature d’une junte militaire, Canal + n’a qu’une seule alternative : cesser ses activités en Guinée. À coup sûr le patron du groupe Vincent Bolloré se rappellera au bon souvenir de l’affaire des ports de Conakry et Lomé qui lui a valu des poursuites judiciaires en France et finalement, il a été obligé de céder son empire africain dans le secteur portuaire et de logistique. Il faut engager la même procédure contre les propriétaires de StarTimes.

On verra bien si les Guinéens pourront se passer de Canal + ou tout autre canal d’information. Nous devons en même temps mener une vaste campagne médiatique contre cette junte liberticide sur les réseaux sociaux. La Guinée n’est pas le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Nous n’acceptons pas cette réthorique révolutionnaire pour nous priver de nos libertés. On n’a pas besoin d’une junte militaire pour diriger notre pays. Ne vous y trompez pas, nous ne sommes pas dans une transition, car la junte n’a aucune intention de céder le pouvoir. Ça fait deux ans que son CNT est incapable de proposer une Constitution à soumettre au référendum. Rien n’est fait pour le retour à l’ordre constitutionnel.

Vous comprenez donc que les attaques contre la presse ne sont pas fortuites. Commençons d’abord par faire plier Canal +. Nous ne devons pas nous laisser faire. Personne ne se battra à notre place. Mamadi Doumbouya nous a trompé le 5 septembre 2021. Il est donc disqualifié moralement et politiquement pour diriger la Guinée.
Par Alpha Saliou Wann, président de l’Alliance des forces démocratiques (AFD)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager