Toutes les infos en direct sur la Guinée

Sékou Koundouno :  » Charles Wright aurait déjà été épinglé par la CRIEF si celle-ci était une juridiction sérieuse »

0

𝗔 𝗹’𝗼𝗰𝗰𝗮𝘀𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝗹’𝗶𝗻𝘀𝘁𝗮𝗹𝗹𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝘂 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗶𝗱𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲 𝗹𝗮 𝗖𝗥𝗜𝗘𝗙, 𝗔𝗹𝗽𝗵𝗼𝗻𝘀𝗲 𝗖𝗵𝗮𝗿𝗹𝗲𝘀 𝗪𝗿𝗶𝗴𝗵𝘁 𝘀’𝗲𝗻 𝗽𝗿𝗶𝘀 𝘃𝗶𝗼𝗹𝗲𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗮̀ 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗶𝗻𝘀𝘁𝗶𝘁𝘂𝘁𝗶𝗼𝗻. 𝗩𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗱𝗲 𝗰𝗲 𝗺𝗶𝗻𝗶𝘀𝘁𝗿𝗼𝗻, 𝗰𝗲𝘀 𝗰𝗿𝗶𝘁𝗶𝗾𝘂𝗲𝘀 𝗿𝗲𝘀𝘀𝗲𝗺𝗯𝗹𝗲𝗻𝘁 𝗽𝗹𝘂𝘀 𝗮̀ 𝘂𝗻𝗲 𝗶𝗻𝘀𝘂𝗹𝘁𝗲 𝗾𝘂’𝗮̀ 𝗮𝘂𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗵𝗼𝘀𝗲. 𝗜𝗹 𝗳𝗮𝘂𝘁 𝗻𝗼𝘁𝗲𝗿 𝗾𝘂𝗲 𝗹𝗲𝘀 𝗼𝗯𝘀𝗲𝗿𝘃𝗮𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗼𝗻𝘁 𝘁𝗼𝘂𝗷𝗼𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲́𝗻𝗼𝗻𝗰𝗲́ 𝗹𝗲𝘀 𝘁𝗮𝗿𝗲𝘀 𝗲𝘁 𝗶𝗻𝘀𝘂𝗳𝗳𝗶𝘀𝗮𝗻𝗰𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗷𝘂𝗿𝗶𝗱𝗶𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻 𝘁𝗮𝗻𝘁 𝗲𝗻 𝘁𝗲𝗿𝗺𝗲 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗲́𝘁𝗲𝗻𝗰𝗲 𝗾𝘂’𝗲𝗻 𝘁𝗲𝗿𝗺𝗲 𝗱𝗲 𝗰𝗿𝗲́𝗱𝗶𝗯𝗶𝗹𝗶𝘁𝗲́ 𝗱𝗲 𝘀𝗲𝘀 𝗺𝗲𝗺𝗯𝗿𝗲𝘀.

Le ministre de l’injustice n’apprend donc rien à qui que ce soit en pointant du doigt ce qu’il appelle déception vis-à-vis de la CRIEF. Mais au lieu de rechercher les causes profondes de la faillite de celle-ci, il a plutôt profité de ce vaste mouvement au niveau de son département pour régler des comptes avec les magistrats qui l’empêchent de dormir et pour placer ou confirmer ses  » amis » dans leurs fonctions. Ces « amis », ce sont ces magistrats béni oui oui qui lui obéissent au doigt et à l’œil pour pouvoir faire tranquillement leurs propres magouilles en oubliant que cette posture n’est pas une assurance tous risques.

L’ancien procureur général Yamoussa Conté vient de s’en apercevoir à ses dépens. En effet, Alphonse Charles Wright avait choisi ce dernier pour lui succéder à la tête du parquet général près la Cour d’appel de Conakry. D’une part, parce que c’est son camarade de promotion, d’autre part, parce qu’il était sûr de le contrôler. Sinon, ce magistrat n’avait ni l’étoffe ni les compétences nécessaires pour être procureur général.

En fin de compte, Alphonse Charles Wright l’a jeté quelque part parce qu’il ne faisait plus son affaire. À sa place, il a fait venir Fallou Doumbouya, un magistrat sans aucune envergure ni physiquement ni en terme de personnalité. Un simple ouvrier du droit et un carriériste.

Pour revenir à la CRIEF, il a manœuvré pour faire nommer Francis Kova Zoumanigui que beaucoup qualifient de fou au sein de l’appareil judiciaire. Un autre de ses  » amis » qui ne jure que par lui.

En réalité, le problème de la CRIEF, c’est qu’elle n’inspire plus confiance à personne. Même lui, le ministre de l’injustice, aurait déjà été épinglé par la CRIEF si celle-ci était une juridiction sérieuse. En effet, il est mouillé dans beaucoup d’affaires louches telles que cette histoire de maison que vient lui acheter un homme d’affaires à Lambanyi et d’un appartement offert par le même opérateur économique en France.

Dans la gouvernance CNRD, les scandales succédent aux scandales. Pour des gens qui voulaient se faire passer pour des parangons de la bonne gouvernance, c’est tout simplement triste. C’est d’autant plus triste qu’il a fallu très peu de temps aux Guinéens pour découvrir le vrai visage de la junte militaro-civile qui est à la tête du pays depuis le 5 septembre 2021.

Aujourd’hui plus que jamais, il est temps pour les Guinéens de se lever pour se débarrasser de ces bandits. Il ne doit plus y avoir de place pour la peur.

𝗦𝗘𝗞𝗢𝗨 𝗞𝗢𝗨𝗡𝗗𝗢𝗨𝗡𝗢
𝗥𝗘𝗦𝗣𝗢𝗡𝗦𝗔𝗕𝗟𝗘 𝗗𝗘𝗦 𝗦𝗧𝗥𝗔𝗧𝗘́𝗚𝗜𝗘𝗦 𝗘𝗧 𝗣𝗟𝗔𝗡𝗜𝗙𝗜𝗖𝗔𝗧𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗨 𝗙𝗡𝗗𝗖

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager