ActualitésSports & Culture

Briser le silence autour des grossesses précoces

0
Mme Chingulu discute de la santé sexuelle et du planning familial avec un groupe de jeunes mères afin de combler le manque d'informations essentielles.
Mme Chingulu discute de la santé sexuelle et du planning familial avec un groupe de jeunes mères afin de combler le manque d'informations essentielles.
Votre publicité ici

Dans un environnement où la plupart des familles considèrent le sexe comme un sujet tabou, les parents nient souvent que leurs enfants sont sexuellement actifs.

Par: 

United Nations Population Fund

Elle est de petite taille mais sa voix est étonnamment forte et autoritaire. Quatorze jeunes mères écoutent Priscilla Chingulu, qui sait inspirer les foules. Pour un pays où le problème des grossesses chez les adolescentes est reconnu – et plus encore pendant la pandémie COVID-19 – ce groupe représente un petit mais important pas en avant.

“Quelles sont les autres méthodes de contraception disponibles ? demande Mme Chingulu aux participants du programme “First-Time Young Mothers”.

Médecin clinicienne au centre de santé Mtwapa et la plus jeune de 21 enfants, elle adopte une approche des jeunes mères qui est loin d’être clinique. Elle sait ce que cela signifie d’être une fille qui grandit avec peu de soutien parental, malgré les efforts de ses parents.

“On ne peut pas s’empêcher de s’impliquer dans la situation de ces filles. Vous réalisez que ce qui leur arrive pourrait tout aussi bien vous arriver”, dit-elle.

Sa collègue, Dora Kobags, est du même avis.

“Personne ne m’a parlé de sexe quand j’étais petite. Et ce, malgré le fait que mes parents soient allés à l’école. Vous pouvez imaginer ce qui se passe – ou ne se passe pas – dans les milieux familiaux moins éduqués”, dit-elle.

Combler le fossé des connaissances

Un manque de connaissances sur la santé sexuelle et le planning familial imprègne la culture conservatrice du comté de Kilifi. Ce silence a conduit à l’un des taux de grossesse chez les adolescentes les plus élevés du Kenya, soit 22 %, contre une moyenne nationale de 18 %, selon l’enquête démographique et sanitaire du Kenya (KDHS, 2014).

“C’est pourquoi nous faisons de notre mieux pour combler le fossé en termes de sensibilisation”, déclare Mme Kobags. “Dans notre culture, si vous êtes trouvée enceinte, ils vous forcent à vous marier immédiatement, quelles que soient les circonstances”, ajoute Mme Chigulu.

Le manque de connaissances sur la santé sexuelle et le planning familial dû à une culture conservatrice dans le comté de Kilifi au Kenya contribue au taux élevé de grossesse chez les adolescentes. © UNFPA/Luis Tato

Ils prennent des mesures urgentes pour redonner aux filles de Kilifi leur avenir.

En octobre de l’année dernière, le centre de santé Mtwapa a aidé à l’accouchement et a apporté son soutien à 225 jeunes mères qui en étaient à leur première grossesse. Plus de la moitié d’entre elles avaient bien moins de 19 ans, selon Mme Chigulu.

Dans un environnement où la plupart des familles considèrent le sexe comme un sujet tabou et où la réputation et le statut de la famille sont primordiaux, les parents nient souvent que leurs enfants soient sexuellement actifs, explique Mme Kobags.

“Tout le monde travaille, personne n’a le temps, surtout pendant cette pandémie COVID-19, où de nombreux parents ont du mal à trouver un revenu stable. Dans certains cas, les parents exigent que leurs enfants gagnent de l’argent et ne demandent pas d’où vient cet argent”, explique-t-elle.

La désinformation est encore aggravée par le fait que les jeunes de Kilifi cherchent de plus en plus à se faire guider par les médias sociaux.

“De nos jours, les jeunes femmes se font conseiller par les ludo-éducateurs. Les médias sociaux ont pris le relais de l’orientation traditionnelle”, explique Yusuf Barry, qui dirige un groupe de jeunes lancé au centre. “Il n’est pas étonnant que le nombre de grossesses chez les adolescentes augmente avec un enseignant aussi médiocre”.

Le manque d’orientation fait également courir aux jeunes femmes le risque d’autres situations précaires.

Accepter sa séropositivité

Jenna Kerubo* était en classe de quatrième au lycée quand elle a appris qu’elle était séropositive, alors qu’elle donnait du sang. Craignant la réaction de ses parents, elle a commencé une vie nomade, s’installant chez des petits amis ou des parents. Elle a vécu dans la crainte d’être rejetée et a caché sa séropositivité.

Elle est tombée enceinte de son petit ami et a fini par le lui dire.

“En fait, il était d’accord avec mon statut, mais à partir de ce jour, il ne voulait plus partager la même tasse avec moi et a acheté des assiettes séparées”, raconte Mme Kerubo.

Priscilla Chingulu, médecin clinicienne au centre de santé Mtwapa, soutient une jeune mère dans le cadre du programme First-Time Young Mothers. © UNFPA/Luis Tato

Le stress de cette situation a affecté sa volonté de manger, ce qui a eu un impact sur sa capacité à maintenir son régime de traitement antirétroviral (ART). La mère de son petit ami a chassé Jenna et son bébé de deux semaines de sa maison. Elle n’avait nulle part où aller. Depuis, la jeune mère a tenté de se suicider à deux reprises.

Par le bouche à oreille, elle a appris l’existence du programme “First-Time Young Mothers”, où elle a pu obtenir des informations et des conseils auprès de membres du personnel et de bénévoles.

“Ils étaient mes plus grands soutiens et le sont toujours”, dit-elle.

Fransisca Adhiambo, mentor du programme, a été l’une des premières à prendre contact avec Jenna. “C’est encore difficile [pour elle] car elle cherche du travail mais elle est dans une meilleure situation qu’avant”, dit-elle.

Soutien psychologique

La possibilité de parler de leurs difficultés et de recevoir des conseils de soutien dans un environnement attentionné fait une différence substantielle dans la vie de ces jeunes femmes.

“D’une certaine manière, le soutien de la communauté est plus important que le médicament lui-même”, confirme Mme Adhiambo.

En 2020, une année extrêmement difficile en raison de la pandémie, le personnel du centre de santé Mtwapa a mis au monde 1 380 bébés en toute sécurité, selon le Dr Samia Mahbrouk, directrice du centre.

“La plupart des femmes n’avaient jamais eu de plate-forme pour s’exprimer avant l’arrivée de ce centre, et les mères accouchaient [en présence] d’accoucheuses non qualifiées”, explique le Dr Mahbrouk.

Le FNUAP, l’agence des Nations unies pour la santé sexuelle et reproductive, fournit un soutien technique et financier au Centre international pour la santé reproductive – Kenya (ICRHK) pour gérer le programme First-Time Young Mothers ainsi que le programme pour les travailleuses du sexe dans les centres d’accueil de Mtwapa et Kilifi.

Mme Chingulu utilise des accessoires pour faciliter sa démonstration sur le planning familial afin d’éduquer les jeunes mères. Pendant qu’elle les range, les femmes discutent entre elles et avec leurs nouveaux amis qui travaillent au centre.

“C’est tellement gratifiant de voir ces filles s’ouvrir”, dit-elle. “Certaines viennent ici timides et déprimées, et maintenant elles sont les premières à lever la main, les premières à parler. Je ne sais pas ce que nous ferions sans cet endroit”.

* Nom a été modifié pour protéger la vie privée.

Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus

Afrique Renouveau

Facebook Comments

Votre publicité ici

Redacteur en chef Verite224.com
https://verite224.com Toutes les infos en direct sur la Guinée #kibaro #Guinee Lisez et partagez nos articles vous avez une informations contactez-nous

Belgique : le Facebookeur Amadou Simba Bâ placé sous protection policière

Previous article

Siguiri : trois orpailleurs meurent dans l’éboulement d’une mine d’or

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Actualités