ActualitésPolitique

Campagne présidentielle : la société civile met en place des outils pour démasquer les politiciens qui tiennent des propos ethniques

0
Gabriel Haba, diretceur exécutif de l'Observatoire Citoyens de la Gouvernance et de la Redevabilité (OCGR) lors d'une conférence de presse
Gabriel Haba, diretceur exécutif de l'Observatoire Citoyens de la Gouvernance et de la Redevabilité (OCGR) lors d'une conférence de presse
Votre publicité ici

La campagne présidentielle qui est en cours en Guinée pour le scrutin du 18 octobre 2020, certains leaders politiques en lice commencent déjà a utilisé des propos ethniques et communautaires pour convaincre les citoyens à voter pour eux. Une situation qui ne passe pas inaperçu aux yeux de l’Observatoire Citoyens de la Gouvernance et de la Redevabilité (OCGR).

Lors d’un point de presse qu’il a animé vendredi 25 septembre 2020 à la maison de la presse de Conakry, relatif au monitoring des campagnes électorales, l’OCGR a fait savoir qu’il tient à l’œil les leaders politiques qui s’aventurent souvent dans leurs discours de campagne à des propos ethniques et communautaires.

Pour gagner ce pari, le directeur exécutif de l’OCGR a fait la comparaison de la Guinée d’avant et d’aujourd’hui. Selon Gabriel Haba, la plupart des gens commencent à comprendre de nos jours qu’ils ont été trompés, manipulés, ils ont été parfois vendus. Ils ont été pris au piège par les politiques. « Aujourd’hui, à travers les dénonciations, qui sont nos moyens légaux que nous allons utiliser. Nous n’allons pas utiliser d’autres moyens si ce n’est pas les dénonciations, les déclarations que nous faisons, c’est pourquoi dès le départ, nous avons joint les partis politiques à travers des lettres. Nous allons mettre sur la place publique, les leaders politiques qui utilisent l’ethnie, qui utilisent de la violence pour faire asseoir leur influence sur l’espace publique », a-t-il fait savoir.

Poursuivant son intervention, à son avis, il pense qu’aucun parti politique n’a de l’intérêt d’être dénoncé, être l’incitateur à la haine, à la division, l’incitateur à toutes les valeurs qui dépravent aujourd’hui la société. « Aucun parti n’a intérêt à ce qu’il soit dénoncé dans ce sens-là. Nous pensons que les leaders qui incarnent les responsabilités des différents partis en compétition sont assez responsables et mature pour n’est pas accepté d’être désigné au bout du doigt que c’est lui qui est à la base de ces violences que nous connaissons. Que ce sont eux qui sont à la base de la division ou de l’utilisation des fibres ethniques pour leurs campagnes. Je pense que nous allons réussir parce qu’il faut toujours être optimiste. Quand ont veut bâtir une société responsable, une société capable de changer les mauvaises pratiques, il faut s’inscrire dans l’optimisme », a ajouté Gabriel Haba.

Ibrahima BARRY

Facebook Comments

Votre publicité ici

Redacteur en chef Verite224.com
https://verite224.com Toutes les infos en direct sur la Guinée #kibaro #Guinee Lisez et partagez nos articles vous avez une informations contactez-nous

BAC 2020 : 44,43% d’admis en Guinée

Previous article

Le vent d’une fin de règne souffle sur la Guinée

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Actualités