Toutes les infos en direct sur la Guinée
la-CNSS

Conakry : un chinois de 65 ans, arnaqué, bastonné et séquestré

0

Cao Zhuli (sur la photo), c’est son nom. Avec son épouse Cui Dogyan, l’homme de 65 ans a subi le martyre dans le quartier résidentiel de Camayenne, à Conakry. Victime d’abus de confiance, il a été arnaqué, brutalisé puis séquestré. Tenez-vous bien, pour une affaire de logement !

Tout insignifiant que cela puisse paraître dans un pays respectueux des valeurs qui fondent les relations humaines, l’affaire est en passe de créer un incident diplomatique. Et pour cause ? Cao Zhuli est un vétéran qui a servi pendant 20 ans à Pékin. Il est actuellement le président de la première Banque commerciale chinoise dénommée CCB en Corée du Nord.

Il y a 3 ans, il a répondu à l’appel du président Xi Jinping pour apporter son expertise au One Belt One Road autrement appelé l’initiative de la Ceinture et de la Route, mis en place dans le cadre de la construction d’un avenir radieux pour la communauté sino-africaine. Depuis, M. Zhuli et son épouse Cui Dogyan sont en Guinée pour prospecter le marché et préparer les investissements.

En février de l’année 2018, il avance 20 mille dollars Us pour la location d’un immeuble, de rez-de-chaussée et de 6 étages de 12 appartements, situé au quartier résidentiel de Camayenne dans la commune de Dixinn à Conakry. Ledit immeuble est du giron de la Société soleil immobilière sarl installée à Bamako au Mali et gérée par l’homme d’affaires malien Oumar Niangadou ayant pignon sur rue à Conakry. Les reçus des versements des avances sur locations lui sont remis sans la visite préalable des locaux de l’immeuble. Un jour de 8 mars 2018, une visite guidée est organisée. Surprise, Cao Zhuli se retrouve devant des locaux délabrés aux climatiseurs et chauffe-eau in-opérationnels. Il exhibe le contrat de bail à lui remis, exige que l’immeuble soit remis en bon état d’usage et dénonce l’arnaque. Le temps passe. La fosse septique et les égouts font puer le côté droit de l’immeuble.

En plein mois d’août, les investisseurs chinois invités par M. Zhuli ne peuvent l’habiter dans cette puanteur. Le contrat qui arrive à expiration n’est pas renouvelé par le propriétaire. Les problèmes se multiplient pour le pauvre prospecteur de marché d’investissement. Devant le fait accompli et face au devoir de servir sa patrie et de mener à bien sa mission d’accueillir les investisseurs chinois à Conakry, il s’acquitte néanmoins de son loyer dont le montant s’élève à ce jour à 242 mille dollars.

Floué et arnaqué, le couple Zhuli vit une expérience amère. Le 17 février 2021, des membres des forces de l’ordre font une descente dans l’immeuble. Une décision de justice datant d’octobre 2019 est présentée au couple pour exiger de lui le paiement de 50 mille dollars Us au propriétaire de l’immeuble. Ses biens sont saisis, ainsi que son véhicule. Les jours d’après, il est accusé d’avoir établi par lui-même un contrat de location. Le prestigieux facilitateur d’investissement, qui avait été reçu à son arrivée en Guinée par le président Alpha Condé au palais présidentiel Sékoutouréya, est alors cueilli manu militari, brutalisé comme un malpropre, et placé en détention, tenez-vous bien, pendant 5 jours !

Son épouse n’a pas été épargnée. Pendant la détention de son époux, la dame de 60 ans a été traitée de tous les noms d’oiseaux et violentée par les forces de l’ordre devant une foule de voisins impuissants. Libéré sous caution, Cao Zhuli et son épouse Cui Dogyan sont jetés dehors. Sans logement.

Le dossier a été confié au célèbre avocat Me Béavogui. Mais là, c’est une autre histoire, à suivre !

Par Le Populaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager