ActualitésMonde & Afrique

La migration au temps de la COVID-19 : les jeunes Africains réévaluent leurs choix

0
La relocalisation par bateau, qui est le seul moyen de transport à partir du point d'entrée de Tergol Akobo, a commencé le 18 février, en Ethiopie
La relocalisation par bateau, qui est le seul moyen de transport à partir du point d'entrée de Tergol Akobo, a commencé le 18 février, en Ethiopie
Votre publicité ici

Nouveaux défis et opportunités

Par: 

Michael Boampong and Daniel Assamah

 

OIM

Malgré un investissement accru dans l’éducation, les jeunes Africains d’aujourd’hui sont confrontés aux incertitudes liées aux transitions entre l’enfance et l’âge adulte, notamment pour trouver un emploi après l’école.

Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), même avant la pandémie COVID-19, les jeunes étaient environ trois fois plus susceptibles d’être au chômage. La pandémie a encore aggravé ces problèmes, notamment en perturbant l’éducation, la formation et l’emploi, tandis que certains ont subi des pertes de revenus en raison de licenciements et de la réduction des heures de travail.

Pour certains jeunes, l’impossibilité de trouver un emploi dans leur pays d’origine signifie qu’ils doivent émigrer vers d’autres pays d’Afrique ou hors du continent.

De plus en plus, la migration pour le travail ou l’éducation est devenue un phénomène courant en Afrique. Les données du rapport “International Migrant Stock 2019”, préparé par le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DESA), montrent que le nombre de migrants internationaux en 2019 est estimé à 272 millions, soit une augmentation de 51 millions depuis 2010.

Environ 20 % de tous les migrants internationaux dans le Sud, principalement en provenance d’Afrique, avaient moins de 20 ans, ce qui fait de l’Afrique la plus jeune région de migrants internationaux

Au cours des deux dernières décennies, les discussions politiques sur la migration ont été dominées par des images de jeunes Africains embarquant sur des bateaux délabrés pour l’Europe en raison de la pauvreté et du manque d’opportunités, y compris d’emplois.

Les restrictions imposées aux voyages par la pandémie COVID-19 et la fermeture des frontières par certains pays ont perturbé ou retardé les migrations en Afrique et hors d’Afrique. Toutefois, pour les jeunes Africains qui subissent de multiples chocs et qui ne bénéficient que d’une protection sociale limitée, voire inexistante, les perspectives de migration peuvent s’accroître, en particulier pour les familles qui cherchent à atténuer les difficultés socio-économiques.

Si le récit des migrations africaines peut être dominé par des jeunes désespérés impliqués dans des migrations irrégulières, l’impact à court terme de la pandémie COVID-19 sur eux a également augmenté la migration de certains groupes, notamment ceux qui possèdent des compétences utiles dans le secteur de la santé des pays de destination.

Par exemple, entre mars et avril 2020, certains pays occidentaux ont offert des visas de travail ou d’échange de visiteurs pour encourager les personnes ayant une formation et des compétences médicales à émigrer.

“Après avoir terminé ma formation d’infirmier au Ghana, je suis tombé sur ce programme gouvernemental qui cherchait des travailleurs de la santé pour aller travailler au Royaume-Uni. En plus de nous offrir un emploi, ils nous ont fourni le soutien nécessaire, y compris un logement au Royaume-Uni. Depuis mon arrivée au Royaume-Uni, tout le monde m’a soutenu, y compris ma famille et mes amis”, explique David Kwesi, un Ghanéen de 29 ans.

L’expérience de M. Kwesi reflète celle de nombreux autres jeunes Africains qui ont émigré en Occident pour travailler dans le secteur de la santé. Une fois employés, ces migrants jouent un rôle clé dans le soutien de leur famille restée au pays grâce aux envois de fonds.

Pourtant, le processus de migration n’est pas si facile pour beaucoup d’autres. De nombreux jeunes migrants africains ont été contraints de retourner dans leur pays d’origine dans des conditions d’emploi précaires et sans accès à un filet de sécurité, en particulier pendant la pandémie COVID-19.

Des rapports ont fait état d’un mauvais accès aux soins de santé, ainsi que d’abus et de boucs émissaires des migrants africains dans certains pays du Moyen-Orient et d’Asie.    Les migrants employés comme domestiques dans ces régions sont confrontés à un risque accru d’abus, certains étant bloqués dans les pays de destination tandis que d’autres cherchent le moyen le plus rapide de s’en sortir.

 

Ana Abebe, 27 ans, vient de rentrer chez elle en Éthiopie après avoir perdu son emploi au Liban. “J’ai perdu mon emploi et je n’avais pas d’argent. Je n’avais pas les moyens de me nourrir ni même de me loger. Si vous ne mangez pas bien, vous pouvez facilement mourir si vous contractez COVID-19. J’ai décidé de retourner dans ma famille et de passer du temps avec mon enfant”, dit Mme Abebe.

La voie à suivre 

La migration contemporaine des jeunes Africains est déterminée par des facteurs structurels, notamment les inégalités, une population jeune croissante, les déséquilibres du marché du travail et le chômage, ainsi que le sous-emploi. La pandémie COVID-19 a renforcé certaines des inégalités dans les sociétés africaines, souligne Ismaël Mohammed, un Tunisien.

“Au départ, il était facile d’obtenir un visa de courte durée pour voyager à l’étranger, mais j’ai demandé un visa pour les États-Unis et le Royaume-Uni à plusieurs reprises au cours des cinq dernières années, soit pour visiter, soit pour aller à l’école ou même pour des programmes de vacances-travail, mais on me l’a refusé. C’est probablement parce que je n’ai pas obtenu mon diplôme”, déclare M. Mohammed.

Si les possibilités de migration ne sont pas toujours faciles à trouver pour certaines personnes, le fait qu’il existe une migration sélective et qualifiée de la main-d’œuvre, en particulier pour les travailleurs de la santé, montre les voies de migration limitées des jeunes migrants africains peu qualifiés.

Malgré la demande de leur main-d’œuvre peu qualifiée dans de nombreux pays riches, beaucoup d’entre eux ont tendance à travailler dans le secteur informel, où la protection et les avantages sociaux sont insuffisants.

La condition de la plupart des jeunes migrants africains, y compris les travailleurs domestiques, qui se retrouvent souvent sans emploi, sans abri, bloqués ou expulsés, a été exacerbée par les inégalités entre les sexes.

“Des politiques de protection sociale inclusives, comprenant un soutien financier, pour répondre aux besoins quotidiens des migrants dans les pays de destination, ainsi qu’une petite subvention en espèces pour les rapatriés démunis, peuvent contribuer grandement à soutenir l’autonomisation économique, la réintégration et l’inclusion des jeunes migrants”, déclare George Ekow, un migrant ghanéen de 35 ans en Afrique du Sud.

Parmi les réponses apportées par COVID-19, certains pays se sont repliés sur eux-mêmes tout en limitant la mobilité, mais d’autres reconnaissent la nécessité pour le monde de travailler ensemble pour faire face à la nature mondialisée de la pandémie.

La migration n’est qu’une facette de la mondialisation. Étant donné que la mondialisation implique la circulation des biens, des services, des capitaux et des informations, la zone de libre-échange du continent africain (ZLECA) reste un développement plausible.

La ZLECA devrait porter les exportations intracontinentales à 50 % d’ici 2030, tout en augmentant les salaires des travailleurs qualifiés et non qualifiés à 9,8 et 10,3 % respectivement.

Pour aller de l’avant, une mise en œuvre de la ZLECA sensible aux questions de genre, aux droits de l’homme et à la jeunesse devrait garantir que, conformément à la stratégie de l’Union africaine pour l’emploi des jeunes et à l’Agenda 2063, les jeunes se voient accorder l’accès à l’éducation, à l’emploi et à la liberté de mobilité en Afrique pour réaliser leurs aspirations et contribuer au dividende démographique du continent.

Michael Boampong est maître de conférences à l’Open University, tandis que M. Daniel Assamah est étudiant de troisième cycle à l’Université Rutgers.

Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus

Afrique Renouveau

Facebook Comments

Votre publicité ici

Redacteur en chef Verite224.com
https://verite224.com Toutes les infos en direct sur la Guinée #kibaro #Guinee Lisez et partagez nos articles vous avez une informations contactez-nous

Alpha Condé sur les traces de Sékou Touré

Previous article

Au Kenya, une communauté côtière vient à bout du principal pollueur

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Actualités