ActualitésPolitique

Malick Kébé sur le secteur de la culture : “nous sommes les parents pauvres du gouvernement”

0
Malick Kebé, directeur général du Fonds de Développement des arts et de la Culture
Malick Kebé, directeur général du Fonds de Développement des arts et de la Culture
Votre publicité ici

Le secteur culturel serait moins pris en compte dans le budget du gouvernement guinéen. Depuis son autonomisation en 1984, ce secteur qui incombe les valeurs du pays continue à souffrir à cause de moyens financiers.

De son libéralisme à nos jours, les gouvernements qui se sont succédé n’ont pas réussi à mettre en place une politique afin que la culture guinéenne sorte enfin de l’ornière. Il a fallu l’arrivée de l’actuelle équipe qui dirige le ministère des sports, de la culture et du patrimoine historique pour sauver la flamme qui était sur le point de s’éteindre petit à petit.

Depuis un moment, des nouvelles initiatives ont été entreprises par ce département dans le cadre de la valorisation de ce secteur et certaines choses ont tendance à changer bien que beaucoup reste à faire. C’est le cas de la mise en place du Fonds de Développement des arts et de la Culture. Une nouvelle direction, chargée de soutenir ce secteur et valoriser les arts qui sont près que dans les oubliettes.

Dans un entretien qu’il a accordé à notre rédaction, le directeur général du Fonds de Développement des arts et de la Culture a rappelé certaines actions entreprises dans le secteur de la culture guinéenne.

Qui dit que ça ne bouge pas, moi je pense que les choses bougent. Depuis un moment, le départements des sports, de la culture et du patrimoine historique essaye d’apporter quelques choses à ce secteur. Nous sommes les parents pauvre du gouvernement, il faut avoir aussi le courage de le dire que nous avons moins de budget pour pouvoir faire face à tous les problèmes auxquels nous sommes confrontés d’où d’ailleurs la naissance et la mise en place du Fonds de Développement des Arts et de la Culture pour pouvoir soutenir ce secteur et surtout d’autres formes d’arts qui sont près que dans l’oubliette, je veux parler de l’art plastique, de la chaîne du livre, de nos patrimoines qui ont besoin d’être identifiés, restaurés, qui ont besoin de la promotion pour qu’ils soient mieux valorisés“, a souhaité Malick Kébé.

Poursuivant son intervention, le directeur général du Fonds de Développement des Arts et de la Culture a ajouté qu’il pense que c’est important aujourd’hui qu’il y ait assez des moyens au niveau de ce secteur.

Nous on ait en train de se battre, il y a beaucoup d’acquis et ces acquis sont en train d’apporter quelques choses au secteur de la culture“, a-t-il ajouté.

Ibrahima BARRY

Tél: (+224) 656-77-52-34

Facebook Comments

Votre publicité ici

Redacteur en chef Verite224.com
https://verite224.com Toutes les infos en direct sur la Guinée #kibaro #Guinee Lisez et partagez nos articles vous avez une informations contactez-nous

Kindia : le corps d’un bébé en décomposition retrouvé à la rivière Wawa

Previous article

Covid-19 en Guinée : le nombre de contaminations repart à la hausse

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Actualités