Toutes les infos en direct sur la Guinée
la-CNSS

Musique : Kaké Tougué, l’artiste en herbe qui rêve grand

0

En Guinée, souvent il y a des artistes qui sortent de l’ornière dans des conditions très difficile. Depuis 2013, une jeune femme du nom de Kaké Fatoumata Binta dit Kaké Tougué s’est lancée dans la musique grâce un doyen de la musique guinéenne.

Dans un entretien qu’elle a accordé à notre rédaction, Verite224.com, l’artiste en herbe a dévoilé ses ambitions dans la musique. « J’ai commencé par la danse en 2004. En 2006, j’ai commencé à faire choeurs. J’ai été choriste derrière Alphadjo Daara de 2006 jusqu’en 2013. Quand je me suis séparée avec lui, j’ai rencontré Amadou Barry Super Accordéon. Ce dernier m’a pris comme stagiaire. C’est avec lui que j’ai commencé à chanter parce qu’en ce moment donné, il m’a dit qu’il souhaiterait que je chante. Donc, j’ai accepté sa proposition et j’ai commencé à chanter. Depuis que j’ai commencé, j’ai fait deux morceaux. Le premier c’est Djônou-Guidhôma, le deuxième, c’est à l’honneur du Fouta Djalon. Ces derniers temps, J’évolue en solo », a expliqué Kaké Tougué.

Comme dans la vie, le plus souvent, les gens sont confrontés à des difficultés avant d’atteindre leurs objectifs. Le cas de cette artiste, elle a laissé entendre, « depuis que j’ai commencé la musique, je rencontre beaucoup des difficultés. Ce n’est pas du tout facile d’être artiste en Guinée surtout quand on est femme dans ce pays. Il y a de ces hommes, ils te proposent de sortir avec eux pour qu’ils t’aident. Si tu refuses, ils ne vont pas t’aider. Donc, ce n’est pas du tout facile », a-t-elle déploré

Malgré les difficultés dont fait face, la star a réussi à faire des feetirings avec certains artistes guinéens, comme par exemple les Nondikè. Un groupe de rap très connu dans le pays avec lequel elle a fait trois feetiring grâce à sa voix qui rappelle les valeurs du foutadjalon. « A part cela, j’ai fait deux singles, je les ai fait de mes propres moyens. J’arrive à m’autofinancer pour le moment à travers le petit commerce que je fais et ensuite je tresse aussi. L’argent que je gagne là-bas, je prends ça pour financer au niveau des studios pour me faire enregistrer ».

Elle a profité de cette occasion pour inviter les personnes de bonne volonté de l’aider financièrement pour qu’elle puisse réaliser son rêve qui la tient à cœur depuis des années. « Mon rêve c’est d’être une grande artiste pour vendre la culture de mon pays sur le plan international ».

Entretien réalisé par Ibrahima BARRY

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager