ActualitésNos régions

A Labé, l’armée se livre au vol et au pillage

0
Des militaires de l'armée guinéenne en patrouille
Des militaires de l'armée guinéenne en patrouille
Votre publicité ici

La réquisition des militaires continue de faire des victimes à Labé, la capitale foutanienne. Des bérets rouges du Bataillon autonome des troupes aéroportés (BATA), certaines unités de l’armée, des gendarmes, des policiers de la CMIS se livrent à des violentes exactions contre les citoyens. Des patrouilles mixtes composées de toutes ces unités procèdent au pillage des maisons, des vidéos clubs, des boutiques et magasins.

Un véhicule dont le pare brise arrière a été détruit par des gendarmes

Un véhicule dont le pare brise arrière a été détruit par des gendarmes

L’exemple le plus illustratif est dans le quartier de Garambé où la patrouille mixte dont des militaires du BATA et des gendarmes ont mis à sac un centre de vidéo club. Ils ont emporté des télévisions et des appareils de réceptions d’images.  Dans le même quartier, des militaires lourdement armés se sont introduits dans une maison pour piller tout son contenu. Ils ont embarqué dans leurs pick-up des matelas, des sommes d’argent et des objets de valeur.

Dans plusieurs quartiers de Labé, l’intervention de l’armée dans le maintien d’ordre est dénoncée par les citoyens qui fustigent des violences et des pillages des militaires.  Depuis vendredi, les habitants de cette ville connue pourtant pour son animation sont séquestrés dans leurs maisons. Les citoyens sont obligés de rester à la maison de peur de se voir violenter ou le pire recevoir des balles réelles. Verite224.com a tenté sans succès de joindre le service de la communication de l’armée pour recueillir sa version.

Écoutez le témoignage d’un citoyen victime d’un raid des gendarmes

 

Malgré une super-communication des autorités sur les réformes des forces armées, sur le terrain, des militaires guinéens ne ratent aucune occasion pour procéder au pillage et aux violences contre les civils désarmés. En 2012, des militaires, des gendarmes et des policiers ont tué dans leur sommeil sept citoyens du village de Zogota. L’Etat guinéen est poursuivi à la Cour de justice de la CEDEAO. L’audience doit s’ouvrir le 6 février prochain à Abuja.

Zoom de Verite224.com

Facebook Comments

Votre publicité ici

Redacteur en chef Verite224.com
https://verite224.com Toutes les infos en direct sur la Guinée #kibaro #Guinee Lisez et partagez nos articles vous avez une informations contactez-nous

Les sinistrés du barrage Souapiti interpellent Alpha Condé

Previous article

 Kidnappé, Bella Bah est toujours « introuvable »

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Actualités