ActualitésPolitique

Bisbille CNOSCG/barreau : après la grosse polémique, Abdoul Sacko s’interroge !

0
Abdoul Sacko, Président du Conseil national des organisations de la société civile de la zone de Conakry
Abdoul Sacko, Président du Conseil national des organisations de la société civile de la zone de Conakry

Le passage dans son volet ultime regrettable,  qui est la judiciarisation de la désignation du remplaçant de feu Me Kebe (Paix à son âme), cache la réalité d’un éventuel piège a été tendu à la société civile, en 2018 en faveur de la recomposition de la CENI, par le MATD ou son manque d’accompagnement à celle-ci en sa qualité d’autorité de tutelle doublée bien sûr d’un déficit de dialogue et de leadership collectif au sein de la société civile face aux sujets de préoccupation nationale. Sinon, comment à la fois le CNOSCG plateforme faîtière peut désigner à l’adresse du MATD en 2018 la même personne (Feu Kebe) avec ses éléments de preuve et au même moment paraît-il, le Barreau organisation membre aussi sans qu’il n’y ait harmonisation des positions qui étaient pourtant convergentes, afin de nous éviter ce qui arrive maintenant ? D’où aujourd’hui, nous sommes face aux conséquences dégradantes pour l’image de la société civile de cette judiciarisation qui auraient pu être évitées si, d’une part le dialogue , la communication et l’esprit d’équipe prévalaient au sein de la société civile, et d’autres part le MATD assurait effectivement son rôle d’accompagnement à la société civile, qui pouvait dans ce cas notifier simplement une fin de non-recevoir à la structure qui n’était pas habilitée à faire le choix à l’époque. Ainsi, chacune des deux (2) structures face à l’appétit se croit être la génitrice de la désignation de Me Kebe, si c’est vrais que le barreau aussi à l’époque avait effectivement envoyé une lettre de désignation au MATD.

Enfin, sans aucune prétention d’empiéter sur la légitime démarche du barreau, je pense que cette situation quel que soit sa suite à la l’allure des choses, en dehors d’un accord maison, conduirait d’avantage à la decredibilisation pour le meilleur des cas de l’Institution et le pire des cas l’ouverture de la vanne à d’autres formes de revendication menant à une nouvelle recomposition  éventuelle de la CENI qui ne sera pas sans conséquences dégradantes sur les futures échéances électorales.

Certes dans l’ensemble au niveau de la société civile, nous avons manqué de vigilance et même de responsabilité organisationnelle, mais si les choses se justifient comme revendiquer de part et d’autre pour la désignation de feu Me Kebe en 2018, le MADT aurait joué un mauvais tour qui ne restera pas sans conséquences dégradantes non plus pour l’image de l’Etat.

De toutes les manières, nous, au Réseau COJELPAID (www.cojelpaidguinee.org), croyons fermement aux vertus du dialogue et du respect mutuel pour une remobilisation sociale et objective des capacités de la société civile dans sa diversité en faveur de la paix, la démocratie et le développement intégré de la Guinée de façon pérenne.

Pour une fois encore, j’en appelle à l’esprit de paix et de modération, sans lesquels aucun combat n’est productif de façon durable.

Par Abdoul Sacko

 

Facebook Comments
Redacteur en chef Verite224.com
https://verite224.com Toutes les infos en direct sur la Guinée #kibaro #Guinee Lisez et partagez nos articles vous avez une informations contactez-nous

Covid-19 en Guinée : un record du nombre de guéris, 262 patients testés négatifs en 24 heures

Previous article

Victime d’une cabale, qui est ce Ministre qui dérange tant ?

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Actualités