Toutes les infos en direct sur la Guinée
la-CNSS

Drogue à Kaloum : le jeune Alama Soumah torturé à mort par des gendarmes

0

Des jeunes en colère ont érigé des barricades vendredi 05 mars 2021 à Kaloum. La mort d’un de leurs en détention alors qu’il avait été arrêté par des hommes en uniformes il y a deux semaines, serait à l’origine de ces incidents.

Les faits remontent au 22 Février 2021, lorsqu’Alama Soumah a été arrêté la nuit à son domicile à Kaloum. Ce vendredi des heurts ont éclaté au centre administratif où les jeunes ont brûlé des pneus, érigé des barricades avant d’être dispersés par des agents des forces de l’ordre. Une manifestante revient sur l’arrestation d’Alama Soumah.

«C’est un responsable à la maison centrale du nom de Bangoura qui a distribué la drogue avec ces amis. Comme ils ne veulent pas que Alama les dénonce, c’est pourquoi ils l’ont arrêté, torturé et tué pour lui faire taire. Alama n’est pas un vendeur de drogue, il n’avait rien ce jour-là. C’est un simple pécheur. Pour moi, ce sont les hauts gradés qui l’ont tué pour ne pas qu’ils les dénoncent », a dénoncé à chaud une manifestante.

Malgré toutes les démarches entamées par la famille pour entrer en contact avec le détenu, il n’y a eu gain de cause. Selon des informations, la victime aurait été torturée jusqu’à rendre l’âme. « Son avocat Me Koulibaly a tout fait pour le rencontrer. Il a dit au procureur du Première Instance de Dixinn pour qu’on lui laisse rencontrer son client, impossible. Ils ont voulu le tuer et ils l’ont fait », a témoigné M’Bemba Soumah, cousin du défunt.

Âgé d’une quarantaine d’années, la maman et la sœur du défunt demandent à l’État de leur rendre le corps de leur enfant. « Ils ont tué mon enfant et ils ont envoyé son corps à Donka depuis 13 jours sans qu’on ne le sache. Il a fallu qu’on mène des démarches, c’est hier qu’ils ont envoyé une enveloppe et remettre à mon frère. Je n’ai pas de moyens pour me défendre. Je demande aux autorités de me rendre mon fils le lundi pour qu’on l’enterre », a lancé Mme Soumah, la mère du défunt.

« L’Etat n’a qu’à nous aider à récupérer le corps de mon frère », a ajouté Fatoumata Soumah, sœur du défunt.

Hors caméra, plusieurs interlocuteurs expliquent que l’arrestation du jeune Alama Soumah a un lien avec l’affaire de détournement des plusieurs kilogrammes de cocaïne qui continue à défrayer la chronique en Guinée.

Ibrahima BARRY

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager