Toutes les infos en direct sur la Guinée
la-CNSS

Incroyable mais vrai : la ministre de la culture n’a toujours pas de bureaux trois mois après sa nomination

0

C’est devenu presque récurrent en République de Guinée où des ministres n’ont pas de bureaux plusieurs mois après leur prise de fonction. C’est le cas de la ministre de la culture et du patrimoine historique. Sona Konaté, militante des premières heures du RPG arc-en-ciel a bénéficié le mois de janvier 2021 dernier la confiance du Chef de l’Etat, Alpha Condé.

Quelques jours après, la nouvelle ministre a été installée dans ses fonctions lors d’une cérémonie solennelle présidée par le secrétaire général du gouvernement. Depuis, Sona Konaté n’arrive pas à effectuer normalement son travail. La cause est simple mais anodine : elle et son personnel n’ont toujours pas des locaux. Aucun local n’a été affecté à son nouveau département qui depuis quelques années est rattaché au très convoité ministère  des sports.

D’après nos informations, malgré des multiples relances, les autorités guinéennes peinent toujours à trouver du bureau pour celle qui est chargée depuis fin janvier de diriger la culture guinéenne. Le confort d’un lieu de travail est toujours une source motivation pour les travailleurs. Visiblement, le gouvernement guinéen n’a pas compris cet adage qui met toujours les charries avant les bœufs. Dans les conditions normales, un local devrait être toujours disponible pour chaque ministre fut-il promu dans un département nouvellement créé.

L’année dernière, c’est Hawa Béavogui, ministre des droits et de l’autonomisation des femmes qui avait été obligé de travailler pendant près de deux mois dans son ancien bureau avant de se voir affecté un local.

Zoom de Verite224.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager