Toutes les infos en direct sur la Guinée

L’avenir de l’ économie Guinéenne est très incertain ?

0

La Guinée a une dette globale de GNF 70 000 milliards soit 7 milliards de dollars, repartit comme suit : 3 milliards de dollars de dette interne et 4 milliards de USD de dette extérieure. La dette interne a été causé par les avances au trésor sur des paiements le plus souvent surfacturés et parfois, inexistant, sans traçabilité, on crée des factures pour sortir notre argent.
La dette extérieure quant à elle s’explique surtout par le troc signé par l’Etat Guinéen avec la Chine, nos mines contre les infrastructures en raison de 20 milliards de dollars qui jusqu’à nos jours n’a fait l’objet d’aucun débat. Nos routes ont été creusés, nos mines pillés, nous sommes endettés et finalement pour quels résultats ?

À la tête de cet endettement et de ce mécanisme, un nom Louceny NABÉ, Gouverneur de la BCRG qui a accepté d’accompagner l’Etat dans cette folie financière en violation flagrante de toutes les procédures de la BCRG.

En voulant combler le déficit par des contrats de performance d’une part en augmentant les taxes au niveau de la douane et de la telephonie et d’autre part en augmentant les taxes sur le carburant, L’Etat asphyie la consommation et crée des charges supplémentaires aux PME.
Contrairement à l’argumentaire de l’Etat, la taxe spécifique sur les produits petroliers qui est de 1400 GNF/ L et la TVA sur la douane de 800 GNF/L s’ajoutera desormais 2000 GNF par litre et malheureusement celà va contribuer à l’inflation, diminuer le pouvoir d’achat du Guinéen.
La crise va commencer à se faire ressentir lors des ouvertures des classes où les fonctionnaires, élèves et etudiants auront un quotidien dur en plus des citoyens qui commenceront à ressentir dans leurs quotidien, la pauvreté de trop, des depenses elevés face à un revenu qui bouge pas et ça sera bonjour à des revendications au niveau des syndicats.
Notre économie est malade, il faut des reformes d’abord ramener la confiance au niveau politique pour créer un cadre d’investissement, ensuite une assemblée pour faire des reformes en essayant de diminuer le train de vie de l’Etat en créant par exemple des recettes, sans tuer la consommation à défaut le bateau risque de chavirer et bienvenu aux conséquences.

Bella BAH
Président de la jeunesse citoyenne

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager