ActualitésPolitique

Wanindara : le journaliste Mady Bangoura agressé par jeunes surexcités

0
Mady Bangoura, journaliste à Guineenews
Mady Bangoura, journaliste à Guineenews
Votre publicité ici

Les hommes de médias continuent de subir des violences dans l’exercice de leur travail. Ce mardi 27 octobre, Mady Bangoura, journaliste reporter du site guineenews.org et Adama Hawa du site guinee360 ont fait l’objet d’une attaque par des jeunes à Wanindara dans la commune de Ratoma alors qu’ils se rendaient à Cobayah pour une couverture médiatique.

Selon notre confrère que nous avons eu au téléphone, cette attaque perpétrée par ces jeunes manifestants s’est produit à quelques mètres du rond-point de la T5 en allant à Cobayah. Nos confrères ont failli laisser leurs vies alors qu’ils partaient à Cobayah pour couvrir une activité de l’Alliance Nationale pour l’Alternance Démocratique (ANAD).

« Les membres de l’ANAD avaient une communication à faire à leur siège à Cobayah, moi j’étais avec une consœur du site guinee360 on s’y rendait. Arrivée au rond-point de la T5, il y’avait des pick-up des gendarmes qui étaient stationnés tout au long de la route, on avait pensé que c’est ce qui suit jusqu’à la descente du côté de Cobayah. Hors, c’était à un niveau d’environ 500 mètres seulement qu’ils couvraient, le reste de périmètre était sous le contrôle des assaillants. Ils ont fait tomber des lampadaires, ils ont érigé des barricades, donc les véhicules ne pouvaient pas passer. Vue que nous on était en moto, on s’est frayé un chemin. On est arrivé à un premier carrefour, ces jeunes ont érigé une barricade pour dire qu’on ne passe pas sans donner le prix de l’eau, on a sorti 2000 on leur a donné, ils nous ont laissé passer. Maintenant on a arrivé à un second groupe qui nous a demandé aussi le prix de l’eau, on a donné, mais pendant ce temps y’a un qui a dit nous on a pas reçu, pendant que le motard était prêt à bouger, ils ont commencé à nous tirer par derrière. Finalement, on était immobilisé, on ne pouvait pas sortir et les gens sortaient de partout. Ils sont munis des paires de ciseaux, de couteaux, moi-même ils ont déchiré mon pantalon, ma culotte parce qu’on voulait me soutirer le téléphone à partir de la poche du pantalon que je portais. Je dis non, on vient pour une couverture médiatique. Heureusement, cella a coïncidé à l’arrivée d’un jeune qui doit être très influent dans le secteur qui a plaidé en notre faveur, malgré qu’on soit présenté comme journaliste, on a eu la vie sauve à travers lui son implication, il nous a escorté jusqu’à la descente de Cobayah », a déclaré Mady Bangoura.

Le journaliste indique qu’il n’a pas perdu des biens à part ses écouteurs mais notre consœur de guinee360 a été dépouillée de 50 mille francs guinéens. Il a ensuite lancé un appel à l’endroit non seulement de l’État mais aussi aux partis politiques.

« Ce que je demanderai aux politiques, c’est de faire un pas dans la politique et deux dans la morale. Il faut œuvrer dans l’éducation des militants. Aux autorités de prendre ses responsabilités pour sécuriser tout le pays », a conclu le journaliste.

Abdourahmane Diallo

(00224) 621 28 03 88

 

Facebook Comments

Votre publicité ici

Redacteur en chef Verite224.com
https://verite224.com Toutes les infos en direct sur la Guinée #kibaro #Guinee Lisez et partagez nos articles vous avez une informations contactez-nous

A son tour, la France émet des doutes sur la crédibilité des résultats qui donnent la victoire à Alpha Condé

Previous article

« Quand le suffrage exprimé se transforme en souffrance inexprimée » 

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Actualités