Toutes les infos en direct sur la Guinée
la-CNSS

Boubacar Barry : « EDG a tué ma fille de 7 ans »

0

A Bambéto, un court-circuit a provoqué la mort d’une fille de 7 ans du nom de Bountouraby Barry mercredi 06 Mai 2020. Plusieurs dégâts matériels ont été également enregistrés. Des témoins sont revenus sur les circonstances de l’incendie.  C’est le triste bilan d’un incendie enregistré à Bambéto dans la commune de Ratoma. Les témoignages se recoupent, un court-circuit est à l’origine du drame.

« C’est le courant qui a fait un court-circuit dans le plafond. Le feu a pris les rideaux, j’ai été réveillé par la fumée et les cris des filles. J’ai appelé secours, chacun est venu avec un seau d’eau. On a éteint le feu. Les trois filles étaient couchées à l’intérieur. La plus petite Bountouraby était déjà morte. Sa sœur Rouguiatou et Adama Barry sont celles qu’on a pu sauver », a expliqué Thierno Abdoulaye Diallo, témoin.

« J’ai trouvé la petite Bountouraby au lit électrocutée par le courant. Sa sœur était couchée par terre à côté de l’armoire. J’ai fait sortir la petite en premier jusque-là. Arrivée au salon, j’ai entendu le gaz explosé puis je me suis retourné pour faire sortir ses sœurs mais on était obligé de percer le toit pour la faire sortir », a raconté Boubacar Diallo, témoin.

L’incendie s’est déclaré en pleine journée au moment où les parents des victimes étaient absents du quartier. Certains voisins se sont mobilisés pour circonscrire le feu afin de limiter les dégâts.

« Le matin, j’ai quitté ici à 7 heures pour descendre en ville. C’est de là-bas qu’on m’a appelé pour me dire que notre maison a pris feu. C’est le courant qui est à la base de l’incendie. J’ai perdu ma fille qui a 7 et mes deux autres filles sont gravement blessées. On les a envoyés dans une clinique à Nongo. EDG a tué ma fille », s’est exprimé le père des victimes Boubacar Barry.

En Guinée le constat révèle que, la société électricité de Guinée tue plus que le VIH/ SIDA. Une problématique qui relance le débat sur le branchement clandestin et la surcharge dans les différents ménages de Conakry.

 Ibrahima BARRY 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager