ActualitésFaits-divers

Couvre-feu à Conakry : « les agents de la BAC n°4 m’ont arrêté et racketté 400 000 francs »

0
Des agents de la police guinéenne sur le terrain pour le maintien d'ordre (image d'illustration)
Des agents de la police guinéenne sur le terrain pour le maintien d'ordre (image d'illustration)

La bavure s’est passée dans la nuit du mardi 19 mai 2020 à 23 heures à Hamdallaye où Lamarana Diallo dit Yaramadane se rendait à une clinique pour les médicaments de sa femme qui venait d’accoucher. Le représentant de l’ONG « Urgence Panafricaniste » a été pris par la Brigade anti criminalité (BAC) N°4 et conduit dans leur base.

Les agents l’ont retirés une somme de 400 000 francs guinéens avant de le relâcher le lendemain.  Le couvre-feu instauré par le Président de la République de 22 heures à 05 heures du matin pour limiter la propagation de la pandémie de la Covid-19 est très mal interprété par certains agents de force de l’ordre. Bon nombre de citoyens affirment avoir été victimes de leurs exactions.

Lamarana Diallo dit Yaramadan, représentant de l'Urgence panafricaine en Guinée

Lamarana Diallo dit Yaramadan, représentant de l’Urgence panafricaniste en Guinée

C’est le cas de Lamarana Diallo Yaramadane, représentant de l’ONG “Urgence Panafricaniste” en Guinée qui a passé une nuit compliquée à la BAC N°4. Il raconte à Verite224.com: “c’est ma femme qui avait accouché dans les environs de 23 heures, lorsque je me rendais à la clinique la Brigade Anti Criminalité N°4 m’a interpellée. J’ai essayé de leur expliquer les motifs de mon déplacement mais ils n’ont pas voulu m’écouter, ils m’ont conduit à leur base et m’ont détenu jusqu’au matin”.

« Une fois arrivé là-bas j’ai vu des jeunes qui sont détenus il y’a plus de 4 jours dans leur base« , a poursuit-il.

À l’en croire sa libération le matin à été comme d’habitude conditionnée. “J’avais 815 000 fg, l’argent du médecin. Ils ont pris 400 000 et ils m’ont restitué les 415 000”, dénonce l’activiste.

Il lance un appel aux autorités : “j’interpelle les autorités pour qu’elles donnent des dérogations, des documents ou des numéros verts où les gens peuvent appeler pour au moins être conduits dans une clinique s’ils sont malades ou s’il y a des cas d’urgence”.

Abdourahmane Diallo

Facebook Comments
Redacteur en chef Verite224.com
https://verite224.com Toutes les infos en direct sur la Guinée #kibaro #Guinee Lisez et partagez nos articles vous avez une informations contactez-nous

Après plus d’un mois de galère, les observateurs électoraux africains quittent enfin la Guinée

Previous article

Covid-19 en Guinée : 64 nouveaux cas positifs contre 23 guéris et un décès

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Actualités