ActualitésPolitique

Après plus d’un mois de galère, les observateurs électoraux africains quittent enfin la Guinée

0
Des membres du consortium panafricain de la synergie des observateurs électoraux de la société civile africaine et de la diaspora
Des membres du consortium panafricain de la synergie des observateurs électoraux de la société civile africaine et de la diaspora

Après des longs moments de difficultés, les membres du Consortium des observateurs électoraux africains qui avait pris part en tant qu’observateur du double scrutin du 22 mars 2020 ont regagné enfin leurs pays respectifs. Pour le moment, une source proche du consortium qui s’est confiée à Verite224.com n’a pas révélé les moyens par lesquels les fameux observateurs sont partis.

Ils sont camerounais, burkinabais, togolais, béninois, tous venus pour une observation des élections législatives et référendaires très controversés. Le consortium panafricain des observateurs électoraux avait adressé une demande d’aide financière et logistique au gouvernement pour les permettre de regagner leurs pays respectifs.

Maintenant que leur demande a eu une suite favorable après un mois auprès du gouvernement, ils ont tous regagnés leurs pays respectifs.

 

Les élections législatives et référendaires du 22 mars dernier n’ont pas connu la participation des observateurs des institutions internationales telles que la Commission Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union Africaine (UA), l’Union Européenne (UE) les Nations-Unies. Cette non-participation est due à plusieurs raisons : la contestation du fichier électoral, le boycott des principaux partis de l’opposition qui dénoncent un manque de transparence entre autres.

Constatant ce retrait de ces institutions internationales, certains acteurs de la société civile africaine se sont réunis autour d’une plateforme dite consortium panafricain des observateurs électoraux. Cette équipe s’est déployée en Guinée à l’occasion du double scrutin pour une observation électorale très controversé du 22 mars. Ce double scrutin avait été émaillé des violents affrontements, des destructions des biens publics et privés et des pertes en vies humaines.

Cette situation a coïncidé à la pandémie du Covid-19 en Guinée, raison pour laquelle certains citoyens les avaient accusés de contaminer certains hauts cadres et propager le virus dans le pays.

Abdourahmane Diallo             

Facebook Comments
Redacteur en chef Verite224.com
https://verite224.com Toutes les infos en direct sur la Guinée #kibaro #Guinee Lisez et partagez nos articles vous avez une informations contactez-nous

Un pasteur qui disait soigner le coronavirus meurt du Covid-19

Previous article

Couvre-feu à Conakry : « les agents de la BAC n°4 m’ont arrêté et racketté 400 000 francs »

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Actualités