Toutes les infos en direct sur la Guinée
la-CNSS

Fonction publique : les salaires de 2 500 enseignants bloqués par erreur

0

Comment vous allez réagir quand on vous dit qu’après des multiples vérifications vous n’êtes pas fonctionnaire de l’Etat et que vous étiez un fonctionnaire fictif ? C’est cette réaction de panique qu’ont eu des nombreux enseignants guinéens. D’après des sources concordantes à Verite224.com, le mois de février dernier, au moins deux mille cinq cent (2 500) enseignants n’ont pas perçu leurs salaires de la fin du mois.

Et pour cause, ils sont tous accusés d’être des fonctionnaires fictifs. « Je suis allée à banque pour retirer mon salaire. J’ai regardé mon solde et j’ai trouvé le même montant que j’avais laissé le mois passé. J’ai demandé au niveau de mon école on me dit d’aller au Ministère de la fonction publique. Quand je suis allée on me dit que je fais partie des fonctionnaires fictifs. J’ai piqué une colère noire. Le lendemain, je suis venue avec mes anciens bulletins de paie et mon arrêté d’engagement. Quelques jours après, on m’a appelé pour me dire que c’était juste une erreur« , a expliqué Mama Aïssata Youla, institutrice dans une école primaire.

Verite224.com a eu la version de plusieurs enseignants qui étaient dans le même lot. Au moins 2 500 enseignants sont concernés, a-t-on appris. « C’est une erreur au niveau de notre système informatique mais nous avons pu corriger. Les enseignants doivent faire une demande pour réclamer le rappel de leur salaire non payé. Le mois suivant, ils auront les deux salaires y compris le précédent« , a rassuré un cadre de la Fonction publique à un journaliste de Verite224.com.

Ousmane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager