Toutes les infos en direct sur la Guinée
la-CNSS

Guinée : des bandits tirent sur un jeune commerçant

0

Trois bandits portant des cagoules ont attaqué un boutiquier à Keïtaya dans la préfecture de Dubréka. L’attaque a eu lieu dans la nuit du vendredi 3 janvier aux environs de 22h30 minutes. Selon un proche de la victime qui s’est confié à Verite224.com, Wahab Baldé après une journée dans boutique décide de rentrer chez lui. 

Arrivé, il trouve inhabituel que sa cour soit fermée.  Trois bandits qui s’abritaient dans un coin l’attendaient. Un d’entre eux a fait irruption sur lui pour le taper à la poitrine avant de tenter d’arracher le sac d’argent contenant les recettes journalières qu’il avait avec lui. Une bagarre s’installe entre les Wahab et un des bandits. Quelques secondes plus tard, les deux autres malfrats viennent à la rescousse de leur ami.

Le premier frappait Wahab avec son PMAK alors que les deux autres faisaient des tirs de sommation pour dissuader la foule d’intervenir. Au cours de la bagarre, l’un des malfrats a tiré sur la main gauche et la jambe droite du boutiquier. Comme la situation s’empirait, Wahab s’est laissé pour mort. Croyant qu’il est décédé, les trois malfrats quittent le lieu à partir sur leur moto avec le sac d’argent.

Grièvement blessé Wahab a été conduit dans une clinique de la place pour freiner l’hémorragie. Il a été par la suite transporté à Donka où il a subi une première intervention qui a permis d’extraire les éclats de balle. A en croire son proche, le pronostic vital de Wahab Baldé n’est plus engagé. Il y a un mois et demi, des bandits avaient tenté sans succès de cambrioler sa boutique. Dans son entourage on soupçonne ces mêmes malfrats d’être à l’origine de l’attaque de ce vendredi.

Ousmane Diallo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager