ActualitésNos régions

Menacés de déguerpissement, des citoyens de Kouriah partagés entre angoisse et inquiétude

0
Ces maisons qui se situent à Kouriah menacées de destruction par les autorités
Ces maisons qui se situent à Kouriah menacées de destruction par les autorités
Votre publicité ici

Après Kaporo-rails, Kipé 2 et Dimes, les autorités guinéennes vont procéder à une nouvelle démolition d’habitations à Kouriah dans la préfecture de Coyah. Annonce a été faite au cours du conseil des ministres du jeudi 03 décembre 2020.

Les autorités locales l’ont notifié aux occupants sommés de quitter rapidement les mieux. Ces citoyens de Bangouyah situé dans la commune rurale de Kouria relevant dans la préfecture de Coyah vivent dans l’inquiétude depuis cette annonce. Dans quelques jours, ils risquent de se retrouver sans abri. Ces familles vivent sur les lieux depuis plus de 20 ans. La décision leur est tombée.

« Avant de venir, ils m’avaient demandé de faire une demande pour rester ici. Je suis passé à la préfecture, on m’a donné des agents qui sont venus faire le levé topographique et étudier la terre en me disant que c’est les manguiers et les palmiers qui peuvent marcher ici. Dans ça, j’ai suivi le dossier pour raccourcir de la préfecture jusqu’ici. Ils m’ont donné des papiers », a indiqué Mamadou Bailo Baldé, citoyen menacé de déguerpissement.

« C’est Naby Bangoura qui m’a vendu ici mais il ne m’a pas dit qu’ici est une zone réservée. Aujourd’hui, ça fait 22 ans que je vis là et l’Etat me dit que c’est une zone réservée. Donc, je suis inquiet et toute la communauté les aussi. Si aujourd’hui, l’Etat se réclame propriétaire d’ici je suis choqué », a déploré Elhadj Dian Bhoye Kanté.

Face à cette situation, une femme se dit être sous le choc. Elle est une des victimes de Kaporo rail dans le déguerpissement en 1998 sous le régime de feu général Lansana Conté. L’histoire semble se répéter pour elle comme tant d’autres citoyens. Elle lance un appel à l’endroit des autorités.

« Nous demandons à l’Etat de nous venir en aide. Nous n’avons pas où aller, c’est pourquoi nous interpellons les autorités de nous trouver un endroit où rester », a lancé Mariama Camara, citoyenne menacée de déguerpissement.

Dans le souci d’équilibrer l’information nous avons tenté de joindre les autorités locales, elles n’ont pas voulu se prêter à nos questions. En attendant, près de 300 personnes attendent des réponses qui tardent à arriver.

Ibrahima BARRY

Facebook Comments

Votre publicité ici

Redacteur en chef Verite224.com
https://verite224.com Toutes les infos en direct sur la Guinée #kibaro #Guinee Lisez et partagez nos articles vous avez une informations contactez-nous

Libre Opinion : vous avez dit Guinée(fake)news?

Previous article

Pour Sékou Koundouno, “Baffoé n’est qu’un haut gradé de sang”

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Actualités