ActualitésFaits-divers

Paiement des rançons dans les commissariats : 2 à 3 millions pour la libération d’un manifestant 

1
Des pick-ups remplis des gendarmes lors d'une violente manifestation à Conakry (image d'illustration)
Des pick-ups remplis des gendarmes lors d'une violente manifestation à Conakry (image d'illustration)
Votre publicité ici

Il n’est secret pour personne les pratiques malsaines qui se passent de commentaires dans les commissariats et autres postes de police ou gendarmerie en Guinée. La libération des jeunes arrêtés à l’occasion des manifestations est conditionnée à des grosses sommes d’argent. 

Les parents de ces jeunes arrêtés lors des manifestations politiques sont obligés de débourser après plusieurs négociations entre 2 à 3 millions pour obtenir la libération de leurs enfants.

Plusieurs agents des services de sécurité procèdent à des arrestations de tout genre des protestataires ou d’autres personnes qui n’ont rien à voir avec les manifestations pour les incarcérer dans les différents commissariats ou postes de sécurité dans le seul but d’exiger des rançons à leurs familles pour leurs libérations.

Ces pratiques illégales et déshonorantes constituent pour certains hommes en uniforme une source importante de revenu. Ils s’érigent en juge en violant systématiquement leurs missions de constatation des infractions, de la réunion des preuves matérielles et de la livraison des auteurs de ces infractions dans les tribunaux compétents chargés de les juger.

Depuis le lancement des manifestations nées de la publication des résultats des élections présidentielles par la CENI, nombreux citoyens se disent victimes des ces arnaques de la part des services de sécurité même si les responsables de ces postes de police ou gendarmerie continuent de nier cette réalité. 

Abdourahmane    Diallo

Facebook Comments

Votre publicité ici

Redacteur en chef Verite224.com
https://verite224.com Toutes les infos en direct sur la Guinée #kibaro #Guinee Lisez et partagez nos articles vous avez une informations contactez-nous

Cérémonie de sacrifice en la mémoire du journaliste El hadj Thierno Diaka Souaré

Previous article

Le gouvernement accuse l’UFDG de payer des loubards pour s’attaquer aux boutiques et magasins des commerçants

Next article

1 Comment

  1. Celà prouve à suffisance comment la justice est quasi-inexistante dans ce pays, ce qui est un danger pour toute personne qui y vive puisque c’est la jungle qui règne et c’est ce qu’on est entrain de vivre actuellement. Lorsque les citoyens ne font plus confiance à la justice, seule guarant de la paix, de l’unité national, et de la quiétude sociale, c’est l’éffondrement car l’Etat est insignifiant aux yeux du citoyen puisqu’il ne peut plus le proteger il préfère se defendre et se rendre justice. Dans cet état d’esprit les plus forts écrasent les plus faibles, ce que la police fait n’est que le resultat de ce que j’ai mentionné ci-haut

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Actualités