ActualitésLibre Opinion

Une gouvernance par les jeunes et pour les jeunes

0
Allahoudine Barry
Allahoudine Barry
Votre publicité ici

En 2014, la Commission de l’Union Africaine révélait une information capitale : les moins de 35 ans représentent 60 % des 1,03 milliard d’habitants que compte l’Afrique.

Cette ressource inestimable, pleine d’énergie est ignorée par les gouvernants et végète dans la précarité malgré son immense talent.

Selon la Banque mondiale, les jeunes représentent 60 % de l’ensemble des chômeurs africains.

Pire les 15-24 ans forment la grande majorité des pauvres.

La situation de la jeunesse guinéenne est plus dramatique.

Les coordinateurs du Comité de Coordination Economique et Financière (CCEF) et du Programme de Réformes Economiques et Financières (PREF), respectivement Cellou Dalein Diallo et Ousmane KABA, ont fait supprimer environ 70 000 emplois entre 1985 et 1989.

Primant ainsi les jeunes d’autant d’emplois futurs.

Les manifestations contre le chômage de masse sont réprimées dans le sang et les leaders emprisonnés et /ou radiés à vie de de toutes les institutions d’enseignement supérieur en République de Guinée.

Les cas de Sanoussy Bantama Sow, actuel Ministre des Sports de la Culture et du Patrimoine Historique, et Atigou sont des exemples que n’importe qui peut vérifier.

Rebelote en 2006/2007

La jeunesse guinéenne est en première ligne de la lutte pour chasser les cadres corrompus et incapables de sortir la population de la misère, ces derniers sont depuis devenus opposants en quête de revanche, de ce fait ladite jeunesse paie un lourd tribut.

Plusieurs centaines d’entre-deux tombent sous les balles des Forces de Défense et de Sécurité.

Leur résistance finit par payer et les syndicalistes obtiennent gain de cause.

Et devinez quoi ? Ces derniers demandent un relèvement de l’âge de départ à la retraite !

Une personne qui a fait son temps et qui refuse de faire valoir ses droits à la retraite bloque, freine, la carrière d’un jeune.

Les problèmes de la jeunesse n’étaient, de toute évidence, pas une priorité pour nos syndicalistes.

Les diplômés, après de longues et laborieuses années d’études, continuent de vivre aux crochets de papa et maman.

Leurs diplômes obtenus après tant de sacrifices servent à faire joli dans les salons.

Triste sort pour une jeunesse qui a du talent et de l’énergie à revendre.

Fin 2010, le professeur Alpha Condé arrive au pouvoir après 40 longues années de combat politique.

Maitrisant parfaitement la situation socioéconomique de la Guinée, notamment la précarité des femmes et des jeunes, il dédie sa gouvernance à ces deux couches vulnérables.

Je dédie mon mandat aux jeunes et aux femmes dit-il.

Certains cadres, accrochés à leurs privilèges, essayent alors de le dissuader de confier des responsabilités à des jeunes.

Ils sont tellement jeunes, arguent-ils, qu’ils manquent d’expérience et de maturité pour assumer de grandes responsabilités.

Loin de se décourager il répond aux détracteurs avec son sens de l’humour habituel : je préfère un jeune inexpérimenté mais intègre à un vieux très expérimenté mais corrompu et voleur.

En effet, les anciens hauts cadres, dont certains sont les ténors de l’opposition actuelle, étaient spécialistes en détournement de biens publics.

Les logements de Sidya Touré et de Cellou Dalein Diallo sont là pour rappeler cette triste réalité.

Revenons aux initiatives du professeur Alpha Condé

A peine installé dans ces fonctions, et le nouveau gouvernement en place, le chef de l’Etat crée, le 14 avril 2011, le Service Civique et d’Action pour le Développement (SCAD).

Un service chargé de la formation et de l’encadrement des jeunes en vue de faciliter leur insertion socioprofessionnelle.

La formation et la réinsertion des 2 000 jeunes démobilisés  du camp de Kaleya est la première mission accomplie par le SCAD.

Plusieurs groupes de jeunes Guinéens continuent de bénéficier de l’encadrement du SCAD et de formation dans divers métiers permettant ainsi de palier au déficit de formation.

Les efforts ne se concentrent pas uniquement sur la ville de Conakry.

Plusieurs initiatives sont prises pour faciliter l’insertion des jeunes des villes de l’intérieur dans la vie active.

Le Fonds National pour l’Insertion des Jeunes (FONIJ), est mis à contribution pour mettre des centaines de motos-taxis et kiosques multiservices à disposition des jeunes des sept (7) régions administratives du pays.

Pour atteindre les différents objectifs, plusieurs salons de l’emploi sont organisés pour initier les jeunes à la recherche de leur premier emploi et à l’entreprenariat.

Le gouvernement poursuit les efforts en organisant les salons régionaux de l’emploi et de la formation technique pour 10 000 jeunes.

Un salon national de l’emploi et des investisseurs est également organisé en décembre 2011.

Ces rencontres visent à identifier et sélectionner les meilleurs jeunes aptes à relever le défi de l’émergence.

Elles aboutissent au recrutement de 518 jeunes dans le domaine de l’administration publique et des finances.

Ces 518 jeunes, devenus Jeunes Acteurs du Changement (JAC 518) et, surtout, du progrès et de l’émergence, font aujourd’hui la fierté de toute la jeunesse guinéenne.

Ils ont relevé le défi avec brio et montré à ceux qui étaient septiques que les jeunes de Guinée avaient du talent.

Plusieurs autres initiatives sont prises pour faciliter l’insertion socio-professionnelle des jeunes et vaincre le chômage endémique

Parmi ces initiatives, on peut citer :

  • la création des Centres d’Ecoute, de Conseils et d’Orientation des Jeunes (CECOJE) ;
  • la création de la Maison de l’Emploi et des Compétences (MEC) ;
  • la mise en œuvre du Programme national d’appui à l’Emploi Jeune (PEJ).
  • la mise en place d’un observatoire de la Jeunesse appuyé par le projet Booster les Compétences pour l’Employabilité des Jeunes (BOCEJ).
  • la réalisation du programme « Vivre contre Apprentissage » ;
  • la réalisation du programme de volontariat jeunesse pour l’insertion socio professionnelle de jeunes diplômés ;
  • le lancement des sociétés de taxi – moto
  • la construction des centres de valorisation des déchets plastiques et organiques dans quatre Communes de Conakry.
  • la promotion de la micro entreprise en faveur de plusieurs centaines de jeunes

La situation des jeunes a complètement changé sous les soleils du professeur Alpha Condé.

Ils ne passent plus l’essentiel de leur temps à jouer au damier, babyfoot ou autres.

Ils sont désormais Ministre D’Etat, Ministre, Directeur de Cabinet à la Présidence, Chef de Cabinet, Vice-Gouverneur à la BCRG, Secrétaire Général, DAAF, Directeur Général, Directeur National, Commissaire à la HAC, Comptable, Inspecteur d’Etat, etc.

Leurs diplômes ne sont plus accrochés au mur.

Ils sont dans les dossiers et permettent d’accéder, enfin, à l’emploi bien rémunéré suite aux différentes revalorisations salariales depuis 2011.

Abdoulaye KABA

Secrétaire à la Presse et à l’Information, Coordination Europe du RPG AEC.

Facebook Comments

Votre publicité ici

Redacteur en chef Verite224.com
https://verite224.com Toutes les infos en direct sur la Guinée #kibaro #Guinee Lisez et partagez nos articles vous avez une informations contactez-nous

Umaro Sissoco Embaló : les agitations puériles d’un président qui se trompe de cible ! [Par Ibrahima Sory Cissé]

Previous article

Guinée : plusieurs experts de la CEDEAO contaminés au coronavirus

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Actualités