Toutes les infos en direct sur la Guinée
la-CNSS

Le préfet prêt à « égorger tout citoyen de cette ville », la diaspora forestière hausse le ton !

0

Déclaration
Le Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF) condamne avec la dernière énergie les abus de langage du sieur Sori Sano, préfet de la ville de N’Zérékoré.

En effet, au cours d’une conférence de presse tenue à N’Zérékoré, le 27 février 2020, il s’est déclaré prêt à « égorger tout citoyen de cette ville », s’il en recevait l’ordre du Président Alpha Condé.

Cette déclaration, qui traduit son ineptie mentale, confirme l’irresponsabilité professionnelle notoire dont il fait preuve depuis qu’il est en poste à N’Zérékoré. Pire, elle révèle sa profonde méconnaissance du concept d’Etat.

Un tel dérapage de ce préfet bouffon s’explique aisément : l’intéressé reconnait tacitement qu’il ne doit son poste de préfet à son obséquiosité vis-à-vis d’Alpha Condé ; à cet égard, on se souviendra que ce quidam s’était mis à genoux pour saluer le Chef de l’Etat. Cette servilité, propre aux fonctionnaires incompétents et sans valeurs réelles, de son espèce, a transparu durant sa communication d’avec la presse.

Il y a lieu de souligner qu’à la faveur de cette sortie le Sieur Sano a fait étalage de son manque de respect et de considération pour les autochtones de sa juridiction et, pire, à l’égard de toute la Guinée Forestière. En effet, il ne fait aucun doute que quel que soit sa témérité Monsieur Sano n’aurait jamais tenu un tel langage ordurier dans aucune des trois autres régions de la Guinée.

Dans la crise sociopolitique gravissime que traverse la Guinée, un énergumène de l’acabit de Sori Sano ne peut naturellement pas contribuer à la cohésion sociale ni à la stabilité dans une ville comme N’Zérékoré. À la lumière de tout ce qui précède, le CSDF exige que son supérieur hiérarchique, en l’occurrence le Gouverneur de la Région sollicite de sa hiérarchie le départ immédiat de ce fauteur de troubles impénitent de la ville de N’Zérékoré et de la Guinée forestière.

Le CSDF est parfaitement conscient que le cas de Sori Sano n’est pas isolé ; certains préfets, sous-préfets et agents de sécurité commettent des abus et exactions de toutes sortes dans maintes parties de notre région. C’est pourquoi, le CSDF saisit la présente occasion pour exiger que les fonctionnaires en service en Guinée Forestière se départissent de cette attitude méprisante vis-à-vis des populations du Sud-Est Guinéen, considérées souvent comme du bétail électoral.

Dr. Antoine Akoi SOVOGUI
Président
Bureau Exécutif Mondial du CSDF

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager