Toutes les infos en direct sur la Guinée
la-CNSS

L’hypocrisie intellectuelle en Guinée

0

La Guinée se développera un jour certes, mais c’est quand le dirigeant guinéen, l’intellectuel guinéen, le journaliste guinéen, arrêtera  de justifier les crimes contre la Guinée, quand le guinéen arrêtera de faire couler le sang innocent de ses frères guinéens, quand il se battra véritablement pour une cause commune : la cause des guinéens !

Pendant que les prédateurs exécutent leurs sauveurs, [oui les sauveurs du pays, ces enfants qui réclament la démocratie tous les jours, grâce eux nos pseudos intellectuels parlent de démocratie, nos journalistes revendiquent la liberté de la presse], les guinéens applaudissent leurs meurtres, se faisant ainsi complices du drame et tous les crimes successifs subis par leurs peuples. Pis, certains prennent plaisir à justifier ces crimes et vont jusqu’à chercher les bourreaux dans les rangs des victimes.  Oh Dieu, rappelle à ces compatriotes que lorsque la violence égyptienne   s’abattait sur les israéliens au temps des pharaons, les bourreaux n’étaient pas des Israéliens, mais plutôt des égyptiens. Les bourreaux sont toujours des bourreaux, les victimes sont toujours des victimes. Aucun juge n’a condamné d’abord quelqu’un parce qu’il est à la fois bourreau et victime.  Nelson Mandela pourrait se réveiller de son sommeil en écoutant certains guinéens parler de la violence contre leurs compatriotes.

Si les dirigeants guinéens ont vraiment une couleur qui les caractérisent, c’est bien la couleur rouge ! Ce n’est point le rouge du drapeau; non! Il s’agit du sang versé par les devanciers (Samory Touré, Bocar Biro, Kissi Kaba…) qui, au prix de leurs vies ont combattu et ont crû jusqu’au bout, jusqu’à ce qu’ils tombent les armes en mains.

C’est aussi le sang versé par ceux qui ont hérité du flambeau et qui ont sur eux la responsabilité de tenir haut le drapeau de la lutte, afin qu’il ne tombe, que le flambeau soit maintenu et transmis aux générations futures, les terres que nous leur avons emprunté avec.

Mais, c’est aussi du rouge ; le sang de la traitrise tel que de nombreux politiques,  intellectuels,  journalistes, militaires, policiers….   l’ont sur leurs mains, pour avoir assisté, participé ou exécuté les crimes les plus viles, les plus odieux qui ont plongé la Guinée dans un recul total .

N’est-ce pas de la malédiction pour un enfant qui, après de hautes études, se retrouve à remettre en cause le combat de ses devanciers grâce auxquels, la Guinée, aujourd’hui, a pu obtenir la fin du colonialisme, et l’indépendance ? Pour ces prédateurs, on ne doit pas remettre en cause leurs idées, c’est la parole d’évangile, la contradiction est un crime de lèse-majesté.  Ils sont connaisseurs en tout, oui ils sont experts.

Parmi ces gens, il y’a nos experts… Nos connaisseurs en tout, nos consultants internationaux, nos dragons qui, sous l’emprise d’une drogue que nous pouvons appeler « reniement de soi », trompent les citoyens naïfs et les démobilisent. Chaque jour, les mains trempées dans le sang innocent de leurs frères et sœurs guinéens, ils se rendent tristement célèbres. Avons-nous péché plus que Babylone, ou Sodome pour être dans une telle situation ?

Par Robert Kamano

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Partager